Histoire

Produits bio de l'Ile de Ré

Gilles, le fils d’Armand, décide en 2008 de faire renaître la ferme Bel Air démantelée dans les années 80.

Tout est à faire, concevoir, construire, inventer

Tout est à inventer : le projet d’exploitation, le mode de conduite culturale, le choix de l’assolement, les bâtiments d’exploitation, le niveau de mécanisation, le système d’irrigation. Avec une conviction agronomique : l’alliance des terres de groies et du climat rétais est favorable à la mise en culture de Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales (PPAM).

 

Innover et travailler

La décision est donc prise de mettre en place un assolement innovant qui fasse cohabiter une culture traditionnelle de maraîchage et une culture de PPAM.

Gilles rebaptise la ferme “Estancia Bel Air” en souvenir de l’Argentine où il vivait lorsqu’il a rencontré Albane, qui est devenue sa femme.

Il se lance alors, à partir de 2013, dans un travail titanesque de labourage, de plantation, d’installation de clôtures, après avoir sélectionné les plantes aux noms savants qu’il voulait voir habiter son exploitation :

Satureja montana, Foeniculum vulgare, Lippia citriodora, Thymus citriodora, Lavandula angustifolia, Helichrysum italicum, Thymus sepylum, Cymbopogon citratus, Persicaria odorata, Salvia officinalis, Rosmarinus officinalis, Hellenic oregano, Stevia rebaudana, Vitis vinifera…

Il n’attend pas que ce chantier soit terminé pour entreprendre la conception et la construction des locaux techniques, qui doivent répondre aux exigences aussi variées que celles spécifiques aux locaux de séchage des plantes et des fleurs, à la conservation des légumes, à la distillation, sans mentionner l’aménagement des espaces nécessaires à l’élaboration, au conditionnement et à l’entreposage de la production et au stockage du matériel de cultures maraîchères.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.

Sénèque

Mais Gilles n’a pas pu voir la concrétisation de tous ses efforts et Albane, avec l’aide de Cristina, amie de Gilles, a repris le flambeau pour donner toutes ses chances au projet de Gilles.

Ainsi depuis 2018, dans le strict respect des exigences posées par Gilles pour une culture et une production scrupuleusement respectueuses de l’environnement, l’Estancia Bel Air propose des plantes séchées, des sirops, des sauces, des eaux florales et des huiles essentielles d’une grande variété de plantes qui ont toutes poussé sur l’exploitation à l’Ile de Ré.